Redéveloppement des terrains du MTQ « Le projet Musto : un reflet de l’immobilisme de l’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville » - Étienne Brunet

Redéveloppement des terrains du MTQ « Le projet Musto : un reflet de l'immobilisme de l'arrondissement d'Ahuntsic-Cartierville » - Étienne Brunet

Montréal, le 7 juin 2012 – En marge du dépôt de son mémoire devant l’Office de consultation publique de Montréal (OCPM), le conseiller de Sault-au-Récollet, Étienne Brunet, a déclaré que l’incapacité du conseil d’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville de mener correctement le dossier du redéveloppement des terrains du MTQ est le résultat direct de la division du conseil entre les trois partis politiques. « Déficit et fonction publique décimée avec plus de 60 postes vacants, voilà ce qui attendait les nouveaux élus en 2009 après 4 ans de règne d’Union Montréal et de sa mairesse Beaudoin », a rappelé le conseiller de Vision Montréal. « Avec raison, nous avons mis nos différences de côté et nous nous sommes concentrés sur la bonne gestion et l’intendance. Mais maintenant que la santé financière de l’arrondissement est rétablie, il faut passer à une autre étape et être capable de développer une vision d’avenir pour notre arrondissement », a-t-il ajouté.

Rappelons que le conseil d’arrondissement est composé d’un maire indépendant et de quatre conseillers dont un représentant de Vision Montréal, un autre de Projet Montréal et deux d’Union Montréal. Étienne Brunet considère qu’un conseil divisé de la sorte laisse trop de place à l’initiative de promoteurs privés : « À force de vouloir éviter les débats et les confrontations, le conseil d’arrondissement d’Ahuntsic-Cartierville fait preuve d’immobilisme. Le conseil est devenu incolore et inodore. Je suis content aujourd’hui de sortir de ce carcan pour présenter une vision du redéveloppement de ces terrains qui prend en compte les considérations des citoyens ».

Vision Montréal plaide pour un quartier à échelle humaine qui s’intégrera au tissu urbain environnant. Selon son porte-parole, ce secteur devrait être conçu pour les familles et défini avec les résidants d’Ahuntsic. « Il faut repartir de zéro ! », a-t-il affirmé.

Ahuntsic n’est pas le centre-ville

« Les projets de type Transit Oriented Development (TOD) sont appréciés, lorsque faits de façon intelligente », a poursuivi le conseiller Brunet. Actuellement, Musto représente près de trois fois la densité minimale recommandée par le Plan métropolitain d’aménagement et de développement (PMAD). On verrait donc s’ériger la construction de 228 logements (dans des immeubles allant jusqu’à 12 étages) par hectare plutôt que 80 logements par hectare, tel que recommandé par le PMAD. C’est un TOD sur 40 000 m2 avec une densité digne du centre-ville que l’on s’apprête à construire dans un secteur résidentiel. Ce n’est pas acceptable », a-t-il ajouté en rappelant qu’il n’a pas été clairement démontré que la gare Bois-de-Boulogne deviendra un point de transit important pour le secteur.

Une planification détaillée

Les cinq recommandations de Vision Montréal à l’OCPM plaident principalement en faveur d’une planification détaillée du secteur, de concert avec la population. « L’inquiétude des citoyens vient de leur crainte que le projet Musto soit adopté tel quel, sans un plan d’ensemble, et que cela influence tous les développements futurs. Nous appuyons la création d’un TOD, mais cela doit se faire de concert avec les familles et les citoyens dans une vision partagée », a conclu Étienne Brunet.

Arrondissement(s) concerné(s)