La démocratie à Montréal : « La crise de confiance dans la démocratie assombrit un prix bien mérité » - Louise Harel

Montréal, le 24 mai 2012 – Alors que des milliers d’arrestations ont été effectuées dans les rues de Montréal, dont un nombre record d’au moins 475 arrestations la nuit dernière, sur la base du règlement municipal imposé dans la précipitation par le Maire et son administration, Gérald Tremblay aurait dû avoir la décence de reporter une célébration de la démocratie assombrie par le contexte de crise sociale ambiant. « À son habitude, le maire de Montréal vit dans le déni en refusant de reconnaître la situation explosive qui perdure dans la vie démocratique montréalaise » a affirmé Mme Louise Harel, chef de l’Opposition officielle et chef de Vision Montréal.

Confiance à zéro dans l’administration Tremblay

Les arrestation récentes de la garde rapprochée de Gérald Tremblay, de ses hommes de confiance que furent durant des années le président du comité exécutif Frank Zampino, de même que celui qui fut son chef de cabinet, Martial Filion, et le directeur du financement de son parti Bernard Trépanier, ont épuisé le peu de confiance que la population maintenait à l’égard du maire.

« Les Montréalais partagent très majoritairement la conviction que Gérald Tremblay a fait preuve d’aveuglement volontaire. Cette perte de confiance mine le pilier à la base duquel la démocratie se vit. Le maire de Montréal est mal placé pour donner des leçons en matière de démocratie », a-t-elle poursuivi.

Nos félicitations au récipiendaire

Ce prix visant à renforcer la démocratie à Montréal et à permettre que la métropole puisse aspirer à devenir un leader en participation citoyenne est bien mérité. Les élus de l’Opposition officielle (Vision Montréal) aimeraient féliciter chaleureusement les récipiendaires de ce prix que sont Le Centre d’éducation et d’action des femmes de Montréal ainsi que Le Groupe de travail en agriculture urbaine.

Thématique(s)

Sécurité publique