En ville sans ma voiture « Pour la journée En ville sans ma voiture : la gratuité du transport en commun — Louise Harel

Montréal, le 6 septembre 2012 – « Pour la 10e édition de En ville sans ma voiture, nous réclamons la gratuité du transport en commun. Cette mesure réduira la pression sur le réseau routier en incitant les automobilistes à faire un transfert modal », a déclaré Mme Louise Harel, chef de l’Opposition officielle et chef de Vision Montréal.

« En 2003, l’événement En ville sans ma voiture pouvait paraître déconcertant puisqu’il forçait la réflexion sur la trop grande place qu’occupe la voiture tout en nous incitant à essayer le transport en commun. Après une décennie l’administration Tremblay et la STM doivent rendre plus facile l’utilisation de transport collectif », a-t-elle poursuivi.

Des mesures de mitigation possible : la zone de rencontre

« De nouvelles mesures de cohabitation s’imposent », a ajouté Mme Elsie Lefebvre, conseillère de Villeray et vice-présidente de la Commission sur le transport et les travaux publics, en soulignant que Vision Montréal dans son mémoire à la Commission municipale sur le partage des réseaux cyclables avait proposé en autres, la zone de rencontre.

La zone de rencontre est un nouveau type d’aménagement urbain qui permet aux différents usagers, autant les piétons, les personnes à mobilité réduite, les cyclistes, les automobiles que les véhicules du transport collectif, de cohabiter de manière harmonieuse et sécuritaire, en misant sur le principe de la courtoisie et donnant la priorité à l’usager le plus vulnérable. Toutefois, personne ne doit intentionnellement gêner la circulation. « Cette solution, qui permet également l’aménagement de quartiers sécuritaires et attrayants, connaît un succès dans plusieurs villes européennes notamment en Belgique, en France et en Suisse », a souligné Mme Lefebvre.

« C’est à l’AMT et ses partenaires dont la Ville de Montréal et la STM de montrer l’exemple en donnant un élan aux transports collectifs. Rendre gratuits les déplacements une fois par année dans le cadre de la journé En ville sans ma voiture est tout à fait réalisable et susceptible d’augmenter l’attraction du transport collectif », a conclu Mme Harel.

Pour consulter le mémoire présenté à la commission du transport et des travaux publics, cliquez sur ce lien