Électrification du transport en commun « Non à l’arrogance du CN et du CP » — Louise Harel

Montréal, le 10 septembre 2012 – « Le futur ministre de la métropole ne doit pas baisser les bras quant au refus sur l’électrification des trains de banlieuedu CN et du CP. C’est un projet porteur d’avenir pour Montréal, et qui fait consensus. Québec doit prendre tous les moyens à sa disposition afin d’amener le Canadian Pacific (CP) et le Canadian National (CN) à collaborer pour le bien commun. L’intérêt privé ne doit pas primer sur l’intérêt public », a déclaré Mme Louise Harel, chef de l’Opposition officielle et chef de Vision Montréal.

Rappelons que dans le premier Plan d’action québécois 2011-2020 sur les véhicules électriques, présenté en avril 2011, le gouvernement se fixe pour objectif de créer une chaîne de déplacements en transport individuel et collectif alimenté à l’électricité. « Ce plan d’action devrait créer 22 000 emplois durant sa réalisation, développer une nouvelle filière industrielle, réduire de 95 000 tonnes les émissions de gaz à effet de serre, en plus de placer Québec à l’avant-garde de la mobilité durable en Amérique du Nord, grâce à l’utilisation de l’hydroélectricité, une énergie verte », a rappelé Elsie Lefebvre, conseillère de Villeray et vice-présidente de la Commission sur le transport et les travaux publics. « L’Agence métropolitaine de transport (AMT) ne doit pas abandonner ce projet rapidement, et réclamer de continuer les discussions avec le CN et le CP », a déclaré Mme Lefebvre.

« L’électrification des trains de banlieue participe à l’économie et de l’emploi et augmente l’attrait vers le transport collectif, au moment où des grands projets de réfection d’infrastructures autoroutières sont prévus pour plusieurs années. Les 193 km de voies ferrées sur lesquelles pourraient circuler les cinq lignes électrifiées de trains de banlieue de l’AMT sont déjà disponibles. Nul besoin d’en construire d’autres », a souligné Mme Caroline Bourgeois, conseillère de la Pointe-aux-Prairies et membre de la Commission.

Ce projet d’électrification des transports collectifs est une étape cruciale vers l’électrification de l’ensemble du réseau de transport québécois, dont la voiture solo et le transport des marchandises. Vision Montréal compte sur le leadership du futur ministre de la métropole pour concrétiser ce projet phare avec l’appui de tout le milieu montréalais », a conclu Mme Harel.

Thématique(s)

Transport collectif