Démolition partielle de l’édifice de la Tonnellerie « M. Bergeron ne connaît pas le dossier de la Tonnellerie » - Réal Ménard

Démolition partielle de l'édifice de la Tonnellerie « M. Bergeron ne connaît pas le dossier de la Tonnellerie » - Réal Ménard

Montréal, le 12 juin 2012 - « Fidèle à son habitude, M. Bergeron parle de ce qu’il ne connaît pas. Il devrait savoir que depuis deux ans, il existe un comité de travail sur l’avenir de l’édifice de la Tonnellerie, bâtiment ayant définitivement un caractère patrimonial », a déclaré Réal Ménard, maire de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

« L’édifice de la Tonnellerie est un bâtiment vacant depuis au moins 25 ans. La responsabilité de l’arrondissement est de faire revivre ce bâtiment et les terrains adjacents. Pour y arriver, le comité propose deux projets. Le premier projet permettra à des studios de télévision de s’établir dans Mercier–Hochelaga-Maisonneuve et d’occuper la partie nord du terrain qui appartenait à St. Lawrence Sugar Refining Compagny Ltd. Cela correspond à un investissement entre 3 et 5 M $ et permettra de créer 125 emplois », a souligné le maire de l’arrondissement.

« Le deuxième projet est aussi important pour le quartier. Issu du comité de travail que je préside depuis 2 ans, et grâce à la collaboration des partenaires, une entreprise d’insertion sociale, Le Boulot Vers, va y installer ses locaux de fabrication de meubles, donnant ainsi une deuxième chance à des jeunes qui veulent se reprendre en main. Il y aura aussi un centre de la petite enfance (CPE) qui s’installera afin de répondre aux besoins grandissants dans le quartier. L’OBNL L’Avenue entend y construire des logements communautaires et la Société de développement commerciale (SDC) de la Promenade Sainte-Catherine Est souhaite y établir des commerces au rez-de-chaussée, côté Sainte-Catherine. Sans oublier l’aménagement d’une nouvelle place publique… », a ajouté Réal Ménard.

« L’édifice de la Tonnellerie a été négligé par le ministère du Transport du Québec (MTQ) au point qu’il y a maintenant un problème de sécurité publique : un mur qui s’affaisse, du côté de la rue Notre-Dame. L’arrondissement s’est opposé à sa démolition totale demandée par le MTQ. Après négociation, c’est seulement la partie la plus dangereuse qui est démolie, soit 30 % de la superficie totale », a précisé Réal Ménard.

« Il y donc un comité de travail qui se réunit depuis 2 ans et qui mettra en œuvre ces projets emballants pour la communauté. Nous, les élu-es, n’aurions jamais accepté que la Tonnellerie soit rasée. Si M. Bergeron veut être utile dans ce dossier et que l’intérêt des citoyens prime sur la partisannerie, il doit appuyer le travail de mes collègues Carole Poirier, députée d’Hochelaga-Maisonneuve, de Marjolaine Boutin-Sweet, députée d’Hochelaga, le travail du maire et des partenaires du milieu. Il doit demander avec nous au MTQ de rétrocéder le bâtiment à la Ville de Montréal, qui pourra ensuite le remettre à un organisme communautaire, ce qui permettra la revitalisation de ce secteur de la rue Sainte-Catherine, incluant une partie de l’édifice patrimonial de la Tonnellerie », a conclu Réal Ménard, maire de l’arrondissement de Mercier–Hochelaga-Maisonneuve.

Arrondissement(s) concerné(s)